- Sa biographie par Gil Alonso-Mier -

St Francis Shlatter

 

Son destin, sa vie, sa mort demeurent un mystĂšre - Quelle extraordinaire destinĂ©e, au plain champ du mot, que celle de François Schlatter, cet « EnvoyĂ© du PĂšre Â», sans aucun doute l’un des plus grands, aujourd’hui oubliĂ© de l’histoire, mais que rĂ©habilite admirablement dans cet ouvrage mĂ©morable Gil Alonso-Mier, premiĂšre biographie en langue française consacrĂ©e au thaumaturge aux 100 000 guĂ©risons.

 François Schlatter est nĂ© le 29 avril 1856 Ă  Ebersheim en Alsace, neuviĂšme enfant d’une famille trĂšs pieuse. Sourd et aveugle de naissance, il guĂ©rira jeune enfant, on ne sait trop comment
 par miracle, les priĂšres de sa mĂšre dit-on. Son destin d’Élu exceptionnel dĂ©bute ainsi, il ne se tarira plus. En 1870, au dĂ©cĂšs de son pĂšre, François dĂ©cide de devenir cordonnier. 

Inutile de s’appesantir pour l’heure sur la dimension symbolique du mot et de la fonction
 Mais le chemin se trace, on le voit, on le pressent. ArrivĂ© comme Ă©migrant en AmĂ©rique en 1884, guidĂ© par celui qu’il nomme « PĂšre Â», il se fixe Ă  Denver (Colorado) oĂč il dĂ©bute son ministĂšre de guĂ©risseur, assurĂ© de sa mission. Il entame ensuite, mĂ» par un appel irrĂ©pressible, un parcours de 730 jours Ă  pied, dans huit Ă©tats d’AmĂ©rique, parcours marquĂ© par de multiples guĂ©risons miraculeuses. ArrĂȘtĂ© pour vagabondage, il fera mĂȘme de la prison, mais rien ni personne alors ne peut freiner François qui, continuant son pĂ©riple, et arrivant Ă  Albuquerque (Nouveau Mexique) aprĂšs une boucle de 9.000 kilomĂštres environ, dĂ©cide un jeĂ»ne de 40 jours dans le dĂ©sert. Retournant alors Ă  Denver, son point de dĂ©part, il s’y installe pour guĂ©rir quotidiennement une foule compacte qui le suit et qui rend hommage Ă  l’homme simple, au guĂ©risseur et Ă  ses pouvoirs extraordinaires. Ce seront prĂšs de 100.000 personnes en souffrance, de toutes conditions, qui seront guĂ©ries par François Schlatter en 58 jours ! Le 14 novembre 1895, Monsieur Fox, chez qui Schlatter rĂ©side Ă  Denver, trouve un mot dans sa chambre : " Monsieur Fox, ma mission est finie et le PĂšre me rappelle. Je vous salue. François Schlatter. " On ne reverra plus jamais celui que l’on appelait de divers noms : « Le plus grand thaumaturge de son siĂšcle Â», « The Healer Â», « El Sañador Â», « Le marcheur de Dieu Â», « Le Saint de Denver Â», « Le ProphĂšte aux 100.000 guĂ©risons Â», « Le pauvre cordonnier du Colorado Â». - Alors
 qui Ă©tait donc vĂ©ritablement François Schlatter, celui dont Papus - qui Ă©tait Ă  bonne Ă©cole, n’en doutons pas - disait dans la revue L’Initiation de mars 1896 : « François Schlatter Ă©tait un IlluminĂ©, et nous dirons seulement pour ceux qui savent, que cet homme obscur par sa naissance et sa position sociale, Ă©tait cependant un des Onze qui ont passĂ© par le soleil en 1855. Â» - Dans cet ouvrage, aux multiples facettes, d’une Ă©rudition sans failles, aprĂšs plus de trois longues annĂ©es de recherches Ă©minentes, en France et aux États-Unis, et grĂące Ă  de trĂšs nombreux documents inĂ©dits publiĂ©s pour la premiĂšre fois, dans cette prĂ©sente Ă©dition, Gil Alonso-Mier nous conte dans un style Ă©purĂ© Ă  l’extrĂȘme, la vie de François Schlatter. Une biographie, de toute Ă©vidence, que l’on attendait


Source - Éditeur :

Arqa Editions - François SCHLATTER - L'homme aux 100 000 guérisons - Nouvelle édition - Gil Alonso-Mier

François Schlatter L'homme aux 100 000 guĂ©risons Gil Alonso-Mier prix // 45 € Sommaire / TOME I - L'ENVOYÉ DU PÈRE - PremiĂšre partie - " La vie de la harpe dans la main du harpeur " par François Schlatter - DeuxiĂšme partie - Biographie de François Schlatter - De l'enfance Ă  l'appel - Le pĂšlerinage de 730 jours - Le jeĂ»ne de 40 jours Ă  Albuquerque - Le ministĂšre public Ă  Denver - PremiĂšre disparition - Enseignements de " retraite " - DeuxiĂšme disparition - TOME II - L'EVANGILE DE SCHLATTER.

http://www.arqa-editions.com